Quelle différence entre une option d’achat et une option de vente?

Une option est le droit et non une obligation d’acheter (call) ou vendre (put) un actif sous-jacent à prix déterminé (strike où prix d’exercice en français) et à une date future donnée.

Vendre une option de vente c’est vendre un put et acheter une option d’achat c’est acheter un call.

Vendre une option de vente c’est s’engager à acheter un actif donné à un prix déterminé (prix d’exercice) et à une date donnée. Ainsi si le prix du sous-jacent finit en dessous du prix d’exercice le vendeur du put pourra perdre de l’argent (pourra car il faut prendre en compte le montant de la prime perçue par le vendeur de l’option).

Prenons un exemple. Considérons un put sur une action qui cote 100 euros avec un strike de 90. L’acheteur du put spécule sur une baisse du sous-jacent en-dessous du prix d’exercice et gagnera donc de l’argent si l’action passe en dessous de 90 et si le delta entre le prix du sous-jacent et le prix d’exercice fait plus que compenser le montant de la prime payé par l’acheteur de l’option. Supposons qu’à l’écheance l’action finisse à 85. L’acheteut du put gagnera 5 euros soit la différence entre le prix d’exercice et le prix à l’échéance moins le montant de la prime. Le risque est limité au prix de la prime payé pour obtenir le droit de vendre son action.

Le risque du vendeur du put n’est pas le même. Lui spécule sur un mouvement haussier de l’action ou stagnant qui permettra au prix de l’action de rester au-dessus du prix d’exercice. Il espère que l’option d’achat du put ne sera pas exercée. Si l’action termine à 85 il aura alors l’obligation de répondre à l’exercice de l’option effectué par l’acheteur du put. Il devra donc s’engager à acheter l’action à un prix de 90 euros alors que l’action vaut 85 euros. Son risque maximum est de 90–0 (si l’action termine à 0)-le montant de la prime qu’il a touché en vendant l’option tandis que le risque maximum de l’acheteur du put se limite au montant de la prime.

Le vendeur de call s’expose quant à lui à un risque illimité (le prix d’une action a un « upside » théorique illimité).

Le vendeur de call « nu » (sans détenir l’actif sous-jacent) s’engage à vendre le sous-jacent au prix d’exercice. Il spécule sur un mouvement baissier ou stagnant du sous-jacent qui maintiendra le prix de ce dernier en-dessous du prix d’exercice.